Spike Lee, star du Festival de Cannes

Pour la première fois de son histoire, le Festival de Cannes a mis à l’honneur le président de son jury sur son affiche officielle. Et quel président, puisque c’est Spike Lee que l’on aperçoit sur l’affiche de cette édition 2021. Nous partons à la rencontre des créateurs de ce visuel, Lionel Avignon et Stefan de Vivies, fondateurs du studio Hartland Villa et têtes d’affiche de ce numéro de juillet.

Festival de Cannes.
Crédits : Hartland Villa

Le Festival de Cannes s’est terminé la semaine dernière. Pour son retour, il a récompensé de la Palme d’or la réalisatrice française Julia Ducournau pour son film Titane. Après un an d’arrêt, cette édition avait une saveur particulière pour le monde du cinéma. Notamment pour Spike Lee, nommé président du jury, qui devait déjà l’être en 2020. Il n’avait pas pu profiter de cette opportunité, lui qui a déclaré tant de fois adorer le Festival de Cannes. Et comme pour accroître encore davantage cet amour, le festival a décidé de le mettre en avant sur son affiche officielle.

C’est au studio Hartland Villa que la tache a été confiée. Habitué du design d’affiches, le studio réalise depuis 2007 les visuels du Festival Jazz de la Villette. « On avait rencontré au Forum des Images l’équipe du Festival de Cannes et c’est à la rentrée de septembre 2020 qu’on a été contacté pour réaliser l’affiche officielle de l’édition de 2021 » nous explique Stefan de Vivies. Une collaboration qui ne devait initialement pas forcément mettre en avant Spike Lee : « On a travaillé sur plusieurs images de films ou de personnalités. Cette année, la sortie du Covid était au centre des discussions. Des affiches plus abstraites et graphiques qui célébraient le retour du grand écran ont été entrevues mais c’est au fur et à mesure des recherches et des échanges avec l’équipe de communication du Festival que l’image de Spike Lee a été retenue » témoigne Lionel Avignon.


Nike.
Crédits : Nike

Le studio a repris la célèbre photo de Bob Peterson réalisée pour Nike dans les années 90 qui rendait hommage au film She's Gotta Have It. Il a fallu retrouver le photographe et obtenir l'autorisation d'utiliser les droits d'image afin de la retoucher et de l’adapter à la création de l’affiche d’un festival comme le Festival de Cannes. Pour Lionel Avignon, « choisir cette image était important, car elle représente Spike Lee et tout le travail qu’il a réalisé depuis 30 ans pour visibiliser la communauté noire américaine. Quand on voit cette image, on mesure l’étendue de sa carrière, on se souvient directement de ses premières œuvres. Son travail est engagé, donc on voulait rendre hommage à sa carrière et ancrer son combat dans un domaine aussi culturel et installé qu’est le Festival de Cannes ».


Stefan de Vivies poursuit : « Cela fait déjà plus de 30 ans que Spike Lee se bat pour sa communauté. C’est davantage un hommage et une reconnaissance pour lui et tout ce qu’il a réalisé. Je pense que c’est effectivement ainsi qu’a été perçu le message, on a par exemple reçu les félicitations de l’acteur Alexis Rodney. Il nous a remerciés et nous a dit que cette affiche signifiait beaucoup, pour beaucoup de gens ! Personnellement, ça m’a vraiment touché ! ».


Déclinaisons de l'affiche officielle, avec Spike Lee apparaissant en bas ou en haut de l'affiche.

Crédits photo : Mathilde Gardel



Pour ce qui est des choix graphiques, Lionel et Stefan expliquent avoir travaillé à différentes versions. Des ébauches avec un style pop-art ont été tentées comme témoigne Stefan : « Le style Andy Warhol créait un effet artificiel et ce n’était pas ce qu’on recherchait. On a préféré replacer Spike Lee dans la réalité cannoise, on aperçoit les palmiers, les mouettes, pour véritablement célébrer le retour du festival. On ne voulait pas envoyer le message d’une mise en scène. On voulait aussi espacer l’affiche, ouvrir le visuel sur le monde. Les mouettes évoquent le ciel, l’oxygène, une sensation de liberté. Après une année de pandémie, c’était capital de faire un visuel qui n'était pas claustrophobe ».


Le studio a juxtaposé cette évocation à la réalité et l’élégance du visuel. L’image a été retouchée afin de jouer sur les nuances de gris et créer un effet argenté (qui contrebalance avec l’or des couleurs du festival), le tout conférant à l’affiche une sobriété et un sérieux évidents. « Il fallait que les gens comprennent que ce retour du festival, avec des artistes, du public et des projections, était un retour maîtrisé, en force, détaille Lionel Avignon. Il ne fallait en revanche pas proposer un visuel trop pesant, trop lourd. C’est pour cela qu’on a joué avec l’image coupée de Spike Lee. Son regard espiègle crée une pointe de légèreté. Il intervient, comme un diable qui sort de sa boîte, dans Cannes, pour découvrir le festival et en célébrer le retour. On a voulu mélanger le sérieux du visuel et la malice bien connue de Spike Lee. Son regard joyeux, intrigant et intrigué, ainsi que son visage coupé expriment le fait qu’on sort enfin de l’eau, on émerge après cette année difficile. Les différentes déclinaisons, avec un Spike Lee qui apparaît à divers endroits de l’affiche, permettait d'ajouter ce trait de légèreté sur une image assez sérieuse ».


Une affiche marquante et symbolique, quoi de mieux pour un festival de cinéma ?